Les différentes approches d'une figure

 

1.       L’approche perceptive.

 

C’est une approche immédiate et automatique de la figure. Elle est liée à des aspects spatiaux tels que la position, la taille, etc.

 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

On prend en compte directement et on considère comme vrai tout ce que l’on voit.

 

2.       L’approche discursive.

 

Dans ce cas, la figure est perçue par ce qui en est dit par écrit ou oralement (propriétés, étapes de construction, etc.). Un texte est donc nécessairement associé à la figure. Il n’est pas nécessaire qu’elle soit tracée ou alors elle peut l’être imparfaitement (« à main levée »).

 

On ne considère comme vrai que ce qui a été énoncé ou ce qu’on peut déduire directement de l’énoncé. Par exemple, pour la figure précédente, la présence des deux carrés atteste l’existence d’angles droits mais rien de permet d’affirmer que E est au milieu d’un des côtés.

 

3. L’approche opératoire

 

Elle consiste à voir la figure à travers des sur-figures ou des sous-figures  mettant en œuvre des « figures fondamentales » de la géométrie (carrés, triangles, droites parallèles ou perpendiculaires, etc.).

 

 

 

 

 

 

 

 

Par exemple, la figure jointe sera perçu de manière plus opératoire si l’on met en évidence les diagonales des carrés. Il apparaît alors deux démarches de construction de la figure:

-         la construction à partir du petit carré (on prolonge deux côtés perpendiculaires du petit carré)

-         la construction à partir du grand carré (on construit deux demi-diagonales , puis on procède par symétrie)

 

La perception d’une figure par un élève doit passer progressivement de l’approche perceptive vers les approches discursive et opératoire.

 

RETOUR A LA PAGE PRINCIPALE